Accueil

Adieux aux murs de la Rue d'Italie - échos du 28 mai 2016

Découvrir le saint des saints de la salle des professeurs, puis retrouver ses classes et les murs qui ont vu passer tant de matus a ravi les présents à cette journée du 28 mai.

 

Boris Ischi avait ouvert toutes les salles et préparé un bar bien tenu. Le soleil était au rendez-vous et tout s’annonçait sous les meilleurs auspices.

 

Monsieur Guex a  ouvert les festivités en faisant vibrer le bâtiment aux sons de son époque. Du disque phonographique en métal, puis en gomme-laque, jusqu’à l’arrivée du vinyl, nous avons pu apprécier les bienfaits des évolutions techniques grâce auxquelles notamment l’Europe a découvert le jazz.

 

Place ensuite à M. Chevrot qui a réussi à faire entrer Jean-Jacques Rousseau au Collège et surtout à démontrer qu’il aurait fui Genève en passant par la porte de  Rive.

 

La démonstration, par M. Caillat,  de l’existence des seuls 5 polygones réguliers de la nature a précédé les démonstrations physiques de Monsieur Roulet.

 

Madame Girard a ravi l’auditoire avec des contes de différents continents, laissant les spectateurs un peu hagards, réalisant que cette journée serait la dernière dans les murs de Rive.

 

Il est temps d’attendre le déménagement et la découverte des nouveaux où l’esprit du collège de Candolle pourra briller à nouveau.

« Adieu, rue d’Italie ! Nous ne te verrons plus !

O combien en ces lieux,oui ! nous nous sommes plu ! »

(refrain d’une ballade composée par M. Pierre Chevrot à l’occasion des Adieux aux murs du Collège de Candolle)